Rechercher

Dans une psychothérapie il faut parfois être prêt à prendre le temps pour sortir d'un burn-out.

Beaucoup de jeunes et de moins jeunes veulent une thérapie brève. Normal, qui voudrait se perdre dans un long travail où l'on n'en voit pas le bout ? D'autant plus que les thérapies brèves orientées solutions font leurs preuves dans la pratique.


Pourtant, la brièveté d'un accompagnement ne se substitue pas à un travail de fond. Si vous décidez de vous inscrire dans un travail plus long, afin d'avoir des temps réguliers pour prendre du recul sur la façon dont vous menez votre vie, c'est permis ! Sachez que chez nos voisins anglo-saxons, il est répandu d'avoir son coach ou son psy, bien plus qu'en France ou cela est parfois perçu comme tabou.


© Daria Shevtsova - Prendre le temps d'une psychanalyse ne se substitue pas à une thérapie brève. Les approches sont complémentaires. On parle d'ailleurs de plus en plus de psychothérapie intégrative.


Vouloir aller vite est un mécanisme de défense

Vouloir aller vite est un mécanisme de défense qui permet de rester le moins longtemps en contact avec les émotions que l'on ressent, d'autant plus si ces dernières sont désagréables.


On vit dans un monde où devrait régner la tyrannie du bonheur, pourtant prendre le temps de ressentir l'agréable comme le désagréable est bénéfique. Je vous vois venir ! Pas pour rester dans la douleur, non ! Prendre le temps de ressentir le désagréable permet de l'observer finement et d'identifier précisément la source, puis le besoin pour y répondre.


© David Bartus - Prendre son temps est important. Vouloir tout "tout de suite" est une fuite en avant qui nous éloigne de la paix en nous faisant croire que si on a tout de suite ce que l'on souhaite on sera heureux. Cela est illusoire.


Prendre son temps ça veut dire quoi ?

Imaginez quelqu'un vous agace. Spontanément vous pourriez me dire "le problème c'est l'autre, c'est un imbécile" ou encore "il n'a pas fait ci ou ça". Cette réponse est primaire et ne reflète en rien la cause véritable du désagréable. Prenez alors le temps de vous asseoir et d'observer en vous ce qui se passe. Méditez sur votre ressenti en l'observant comme un enfant qui découvre ce qui se passe en soi pour la première fois.


Observez les sensations sans jugement dans votre corps (au niveau du ventre, de la poitrine, du cou, des mains...). Puis observez les pensées associées, et questionnez-les. Accueillez-les, et écartez en certaines. Avancez comme dans une piscine à bulle, ou chaque bulle représente une pensée, certaines pourraient vous paraître alléchantes, mais ne vous arrêtez pas trop vite. Identifiez celles qui vous concernent vraiment, celles qui concernent la blessure de votre âme, la blessure de votre enfant intérieur. Souffrez-vous d'un manque de reconnaissance, d'un manque d'amour ? D'une peur de l'abandon ou du rejet ?


© Pixabay - Vous prenez le temps de la pleine conscience ? Transformez l'essai...


Transformez l'essai :

Vous y voila ! Vous redécouvrez une cause première en vivant corporellement la sensation désagréable. Votre égo pourrait être tenté de dire "mais ça c'est bon je le sais". Or à cet instant précis c'est différent ! Si vous redécouvrez ce savoir en le vivant émotionnellement et corporellement, c'est là que la guérison peut opérer avec plus de force et de vigueur. "Guérir je fais ça comment ?" A ce moment là deux options s'offrent à vous :

1) profiter d'une figure externe pour vous aider à guérir la plaie. Votre psychothérapeute ou coach peut représenter cette figure symbolique. Et vous ne choisissez certainement pas votre psychologue par hasard !

2) aller contacter soi-même la lumière en soi en invoquant des pensées positives, afin de les faire rayonner là où vos sensations sont désagréables. Respirez avec cette lumière en vous et observez avec amour et douceur les parties sensibles en vous. Prenez votre temps. Rendez hommage à la lenteur et à la lumière dont vous êtes fait.


© Elviss Railijs Bitans - La métaphore du grain de sable dit qu'une cause aussi insignifiante, si on l'ignore peut avoir des effets considérables.


Métaphore du grain de sable :

Imaginez un homme entrain de courir en permanence, bougon et râleur. Vous pourriez lui demander, :

- "mais pourquoi cours-tu ?", et lui vous répondre :

- "j'ai mal alors je cherche des remèdes.

- Ou as-tu mal ?

- Bah je ne sais pas, je cherche quelqu'un pour me le dire.

- As-tu pris le temps d'observer en toi ?

- Observer en moi ? Ca veut dire quoi ?

- Tiens, installe toi quelques instants et place ta conscience en toi. Observe ton souffle, observe les sensations dans ton corps, et dis moi ce que tu ressens.

- J'ai mal à la jambe, ça me lance dans le mollet.

- Peux-tu être plus précis ? Prends le temps dont tu as besoin pour observer tes sensations.

- Plus j'observe, plus je me rends compte que j'ai mal au pied, j'ai comme une douleur très locale qui vient résonner dans tout le pied et qui remonte dans la jambe.

- As-tu regardé ce que tu as dans ta chaussure ?

- Ah non, je n'ai jamais été regardé là-bas. Attends deux secondes, je m'en vais voir.... Oh le grand de sable ! Tu as vu ça ? J'en reviens pas un simple grain de sable !"


Parfois la cause est déconcertante. Pourtant ignorer une cause aussi petite soit-elle, en choisissant de ne pas tourner l'énergie de sa conscience en soi, mais en la laissant en permanence tournée vers l'extérieure, c'est ça qui nous éloigne de nous-même, et qui nous prive de la paix et du bonheur. A défaut d'apprendre à se gérer soi, nous voulons gérer les autres. Et cela est une course sans fin qui finira par conduire au rejet et à l'abandon.


Prenez le temps pour identifier ce qui se passe en vous, que vous choisissiez une psychanalyse ou une psychothérapie brève.


© Charles Crouzat - formé en psychologie universitaire, Charles est également formé en philosophie et psychothérapies humanistes et existentielles. Coach certifié par HEC Paris, il a dans une précédente vie exercé le métier d'ingénieur avant de faire le grand saut en osant suivre sa petite voix intérieure. Il avance malgré les peurs et doutes qu'il apprend à sublimer en agissant...


Charles CROUZAT - Psy Lille & Coach certifié

La psychologie qui mène au bonheur, puise ses enseignements des philosophies et de sagesses multimillénaires.


Ce qui fait la complexité du travail du psychologue ou d'un psychothérapeute c'est que le chemin est aussi important que le résultat. Le résultat peut être aussi bénin qu'un simple grain de sable. L'importance c'est le chemin que le psychothérapeute vous permet de parcourir par vous même afin de vous permettre d'identifier ce qui se passe en vous.


Dites à votre voisin qu'il a un grain de sable dans sa chaussure qui est responsable de sa douleur, il vous rira au nez. Permettez lui de découvrir ce grain de sable par lui-même, il vous remerciera.


Le fait de mener le client / patient à trouver lui même la cause se vaut que l'on soit psychanalyste ou psychologue pratiquant la thérapie brève orientée solution. Cela n'empêche pas au psy de poser une hypothèse et de laisser le client libre de l'accueillir ou de la rejeter.


Pour me rencontrer vous pouvez me contacter au 06 51 57 81 18 ou prendre RDV en ligne avec votre Psy à Lille. Pour en apprendre plus sur ma pratique et qui je suis, visitez le site www.charlescrouzat.com.


#Psychologie #Psychanalyse #PNL #Coaching #Philosophie #Spiritualité