Rechercher

Comment sortir de la dépendance affective ? Toute dépendance, à la base, est naturelle et nécessaire

"J'ai peur d'être seule. Comment puis-je vivre sans lui ? Je suis très présente et parfois il me dit que je l'étouffe. Moi ça me met hors de moi et j'ai peur de le perdre. Plus je le vois indifférent, plus ça me met en alerte, et plus je me dis que je dois faire quelque chose. Mais j'ai l'impression que ça ne sert à rien. Plus je cherche à attirer son attention, plus il s'éloigne."


La relation de couple est un fabuleux terrain de jeu où nous rejouons des automatismes avec plus de vérité que dans une relation amicale ou professionnelle.


S'engager dans un couple, ce n'est pas tant chercher le bon partenaire, que d'être prêt à cheminer ensemble pour se transformer l'un et l'autre. Un couple est sain dans la mesure où il est capable de prendre du recul sur sa façon de fonctionner, et de se transformer un petit peu plus chaque jour. Le jour où l'un des deux partenaires décide de ne plus avancer, le couple est condamné à mourrir.


© Artem Beliaikin - J'effectue le yoyo dans mon couple, un coup je dis blanc, un coup je dis noir. Ca l'agace et moi ça me fatigue, mais c'est plus fort que moi.


"Je sens que je ne suis plus heureux ainsi. Parfois je souffre de nos querelles et pourtant je ne pars pas. Je me sens prisonnier, entre mon désir d'aller voir ailleurs, et le désir de maintenir un lien. Finalement je reste plus par crainte de me retrouver seul, que par amour. Je ne dois pas vraiment l'aimer."


Aujourd'hui, on aime comme un consomme. On cherche LA bonne personne, de façon à ce que l'autre réponde à nos besoins. Il s'agit là d'un amour de consommation. Aimer vraiment, c'est cheminer vers l'autre tout en cheminant vers soi. Aimer est exigeant. Aimer c'est traverser des moments plaisants et déplaisants.


50% des relations dans un couple sont basées sur une relation insécure, c'est à dire que d'un côté il peut y avoir une angoisse importante de perdre l'autre, et de l'autre une indifférence totale. Ces comportements, trouvent selon John Bowlby, leurs sources dans l'enfance en fonction de la relation à deux types de figures parentales :

1) Une figure parentale trop présente, qui couve trop, anxieuse qu'il arrive quelque chose à l'enfant,

2) Une figure parentale trop absente, qui ne répond pas à des besoins de l'enfant à des moments clés.


Heureusement, il est possible de s'en sortir puisque 30% à 70% des personnes arrivent à passer d'un attachement insécure à un attachement sécure dans leur vie. Le travail de psychothérapie y contribue.


© Andrea Piacquadio - Une relation sur deux est dite insécure, c'est à dire que l'un des partenaires manifeste l'un de ces deux comportements : 1) l'angoisse de perdre l'autre amenant à une présence exagérée, 2) une indifférence à l'autre amenant à un sentiment de volonté de ne pas s'engager



"J'exige de lui qu'il soit responsable de mon bonheur. J'adopte alors un comportement tyrannique, mais c'est plus fort que moi. Puis parfois je bascule dans le rôle opposé, je lui cède tout, quitte à m'oublier, j'oscille alors comme un yoyo entre "fais ce que je te dis" et "dis moi ce dont tu as besoin je te le donnerai"."


Nous pouvons adopter ce comportement à double fond aussi bien dans une relation amoureuse qu'en tant que parent vis-à-vis de nos enfants.


Ce comportement peut-être une répétition d'un schéma de vie dans la famille. Pour cela lire l'article sur la notion d'héritage transgénérationnel.


Il est possible de se libérer des schémas de vie en réalisant un chemin de développement personnel pour :

1) Prendre conscience des schémas dans lesquels nous nous trouvons, établir des liens avec l'enfance,

2) Mettre en œuvre au quotidien de nouvelles façons d'être et de faire.


© Charles CROUZAT - Votre Psy et Coach à Lille - formé à une approche intégrative : psychologie universitaire, psychothérapies analytiques et coaching d'influence Gestalt.



Charles CROUZAT - Votre Psy et Coach à Lille


L'année où nous avons décidé de nous marier avec ma femme, nous avons traversé des épreuves. L'une d'entre elle est arrivée quelques mois avant le mariage, lorsque je suis tombé sous un charme passionnel pour une autre femme, et cela faisait plus de 10 ans que nous vivions ensemble. Il n'y avait plus la même passion qu'au début, et nous avons évoqué la possibilité de mettre fin à notre couple. Nous avons beaucoup pleuré, et nous nous sentions perdus.


Nous avons alors pris du temps entre nous, pour échanger sur le couple. Nous avons effectué une retraite à deux pour cheminer, accompagné de couples plus anciens. Nous avons alors compris que le couple n'était pas une destination, mais un chemin, et que le couple est sain dans la mesure où l'un et l'autre avancent, tout en apprenant à tendre l'oreille à tour de rôle pour s'écouter.


Conscient que la psyché est un univers entier et complexe, et qu'il n'existe pas une unique et bonne voie, c'est pour cela que j'ai pris à cœur d'étudier différents champs de la psychologie pour vous accompagner comme on a pu m'accompagner dans ma vie.


Vouloir s'engager dans un travail de psychothérapie ou de coaching requiert de la volonté et du courage. Si vous vous sentez prêt, contactez moi au 06 51 57 81 18 ou prenez RDV directement en ligne avec votre psy.


#Thérapiebrève #TCC #Psychologie #Dépendanceaffective