La Psychologie Positive outil de Développement Personnel : Bénéfices, Atouts et Limites

« Il n’y a personne qui soit née sous une mauvaise étoile, il n’y a que des gens qui ne savent pas lire le ciel ». Dalaï Lama

« Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait. » Mark Twain



1) Origines de la psychologie positive


La psychologie positive est née du constat que les études se focalisaient principalement sur ce qui était « pathogène » plutôt que sur les facteurs menant à la réussite. La psychologie positive est de ce fait une tentative de mener à la réussite, en attirant l’attention sur les facteurs de succès.


La psychologie positive est donc une façon de penser et d’agir qui vise à favoriser le développement des Hommes et des équipes. Nous vous proposons ici une psychologie positive éthique, qui soit réaliste et ancrée. Elle n’est pas une psychopapouille, ni une science de bisounours.


Pour comprendre l’intérêt de la psychologie positive, il faut comprendre la différence entre un système complexe et un système compliqué. Notre propos est que la psychologie positive se veut plus efficace dans le cadre d’un système complexe.

© Andrea Piacquadio - La psychologie positive est une façon de penser et agir. Son intérêt se comprend en apprenant à distinguer un système compliqué d'un système complexe.



2) Système compliqué versus système complexe


Le système compliqué correspond à un problème d’ingénierie, logique et rationnel.


Illustration d'un système compliqué : Ma voiture ne démarre plus. Alors je cherche la cause. Je me rends compte que mes bougies ont lâché. Je change les bougies et la voiture redémarre.

Interprétation : C’est un problème compliqué, puisqu'il y a un lien de cause à effet direct.

La résolution de ce problème demande malgré tout une expertise, composée de connaissances techniques, d’une méthodologie et d’outils adaptés.

© Anastasia Zhenina - Le système complexe ne permet pas d'identifier les liens de causalité aussi facilement qu'un système compliqué, pas parce qu'il est inexistant, mais aussi parce que parfois il est multi-factoriel.


Le système complexe, répond à une logique causale complexe : il est difficile d’établir un lien de cause à effet directe et unique. Ce système illustre un système non-logique, comme le fonctionnement de la psychée humaine, la bourse, la météo, prévoir le nombre de spaghettis que l’on va prendre dans sa fourchette en la tournant dans un plat de pates.


Illustration d'un système complexe : L’homme, peut-être vu comme un système complexe. Le lien de cause à effet n’est pas toujours évident.

- Imaginez que vous ayez un accident de voiture le matin en allant à l’école. Peut-être que vous prenez sur vous parce que vous pratiquez la maitrise de soi.

- En arrivant à l’école, votre ami ne vous a pas attendu et s’est mis en binôme avec quelqu’un d’autre alors que vous attendiez avec impatience ce moment de partage.

- L’enseignant vous voit entrain de faire la tête et vous lance « si mon cours ne vous intéresse pas, vous pouvez sortir ».

- Bref, vous terminez votre journée, la tête grosse comme une pastèque.

- Vous rentrez chez vous. Votre compagne vous ignore lorsque vous rentrez, trop absorbée par ses jeux vidéos. Vous explosez de colère, et vous lui « balancez ses 4 vérités », comme vous le dites. Vous enfoncez le clou en lui témoignant combien vous la trouvez nulle, et qu’il indispensable qu’elle change.

Interprétation : Vu du référentiel de votre compagne la cause semble être « je suis nulle, il faut que je change », et peut-être que vous-même vous considérez cela comme la vérité et la cause… Or, dans la pratique, la cause est une somme de causes (une accumulation), qui peuvent venir toucher un besoin latent, non exprimé.


Synthèse : il est intéressant de savoir différencier le type de système, pour orienter sa philosophie d'action. Dans un système compliqué, le lien de cause à effet est plus évident que dans un système complexe. Cela impacte la philosophie d'action. Dans un système compliqué nous pouvons travailler sur la cause, dans le système complexe il peut être intéressant de travailler sur les forces, d'où la psychologie positive.


Dans un système compliqué, le lien de cause à effet est plus évident que dans un système complexe. Cela impacte la philosophie d'action.


Agir dans un système complexe, comme le système humain, requiert une connaissance de mécanismes psychologiques et une certaine sagesse. Comme il est compliqué de schématiser ce qui se passe dans la boite noire (même si un mathématicien devenu psychologue a déjà essayé), la psychologie positive et l’appreciative inquiry (AI) nous proposent de mettre l’accent sur ce qui va bien plutôt que sur ce qui va mal. Ce renforcement positif, pourra « atténuer » les problèmes. Dans le schéma ci-dessous, il s’agit de faire grossir les points bleus (qui sont les points positifs), afin de donner moins d’importance aux points oranges (qui sont les points négatifs).



Limites : Dans certains cas, cela ne doit néanmoins pas justifier une éthique qui se passerait de traiter des causes négatives qui du point de vue de la morale, d'une déontologie ou d'une éthique de conviction, mériterait que ce soit traité.

Cela s'applique aussi exclusivement a un système complexe de type boite noire. Travailler sur ce qui va bien dans un système compliqué risque d'être vain. Par exemple si mes bougies ont lâché, ça ne sert à rien de chercher à faire plus briller la carrosserie...



3) La psychologie positive et l'entreprise


3-1) Extrait d’un discours d’une RRH, lors de son pot de départ à la retraite.

Lors de son discours la RRH prit la parole pour dire à peu près ceci :

« J’ai toujours travaillé pour résoudre les problèmes, et devinez quoi ? J’en suis arrivé à la conclusion que les hommes ne sont jamais contents ! Ca ne sert à rien de résoudre les problèmes parce qu’il y en aura toujours. »


Comme nous pouvons le comprendre à partir du modèle des positions de vie (en Analyse Transactionnel) un homme peut rester coincé dans un schéma où il se complait à râler. Râler devient une façon d’exister pour cet homme. Donc oui, certains hommes peuvent donner l'impression qu'ils ne seront jamais contents, et de cette façon les propos de la RRH sonnent justes. En revanche, il est bien dommage pour l'entreprise, et sa politique RH que ces derniers perdent foi en la valeur humaine. Cela peut compliquer le déploiement d’une saine politique d’entreprise, et c'est bien dommage !


Leçon à tirer de cet exemple : On peut poser l’hypothèse que si la RRH avait connaissance de la psychologie positive, elle aurait pu mettre une partie de son énergie à renforcer ce qui était déjà positif, afin d'obtenir un effet favorable au niveau de ses équipes, plutôt que d’axer 100% de son travail sur les causes du mécontentement.

© Mikhail Nilov - La psychologie positive peut aider la gestion du personnel en entreprise, sans pour autant se substituer à l'éthique


3-2) Exemple d’application de la psychologie positive dans une équipe de 8 techniciens - secteur industriel

Vous êtes ingénieur, et avez mis 6 mois pour convaincre votre manager de l’intérêt de réaliser un atelier d’expression et d’intelligence collective dans son équipe. Un jour il vous donne son aval et vous laisse piloter.


Votre objectif : renforcer la cohésion et la synergie dans l’équipe.

Votre stratégie : Remettre à la conscience ce qui est positif, grâce à un « atelier d’intelligence collective », afin de remobiliser les salariés dans la mission du service et de l’entreprise.


Ce que vous faites : Vous donnez la possibilité aux techniciens de s’exprimer sur ce qui va bien, mais aussi sur ce qui ne va pas (et ça votre manager le craint !). Comme vous vous y attendiez, la possibilité de s’exprimer convoque d’abord de la plainte chez les techniciens. Alors vous laissez faire et faites confiance au processus d'intelligence collectif.

Vous entendez la plainte se cristaliser sur les salaires jugés trop bas, sur les perspectives d’évolutions qui sont minces… La parole continue à se délier, et les groupes finissent pas s’exprimer sur ce qui va bien : la confiance du management, la liberté d’action et des horaires, la sécurité de l’emploi, etc. Au fil de l’échange, une controverse prend forme entre les différents techniciens. Vous leur avez même proposé une dernière question où vous leur demandez ce qu’ils peuvent faire pour renforcer ce qui va bien.


Résultat : Vous sortez de l’atelier de 1h30, avec une liste de ce qui va bien et de ce qui ne va pas. Lorsque vous interrogez les techniciens ils vous remercient et se rendent compte que derrière le négatif il y a beaucoup de positif.

Vous remettez le fruit du travail à votre manager, et grâce à votre sensibilisation à la psychologie positive, vous lui conseillez d’axer sa politique de management, pas seulement sur les points négatifs, mais aussi sur le positif pour renforcer et entretenir ce qui va bien. Votre manager vous remercie, conscient qu’à son niveau il possède peu de marges de manœuvres pour jouer sur des facteurs tels que la rémunération et l’évolution de carrière, il trouve la stratégie de travailler sur ce qui va bien, une option intéressante.


© Ngoc Vuong - La philosophie de la psychologie positive peut vous permettre de mieux manager vos équipes.



4) Pour Poursuivre votre développement Personnel

Maintenant, comment allez-vous vous développer ? Allez-vous travailler sur ce qui ne va pas chez vous ? Ou allez-vous travailler à renforcer votre talent ?


Une stratégie dans votre développement personnel et professionnel peut consister à prendre connaissance et conscience de vos forces, et vous questionner sur ce que vous pouvez faire avec pour les renforcer, afin de vous servir, servir autrui, et servir le monde.


Il n’y a pas une seule force que vous ne pouvez pas appliquer. Pour mes amis ingénieurs, je veux vous dire qu'être ingénieur c’est avant tout savoir penser et résoudre des problèmes, qu’ils soient techniques ou humains. Alors gardez l’esprit vif et ouvert et si vous avez des doutes, venez en parler !



5) Charles Crouzat - psychologue - psychanalyste & coach


© Charles Crouzat - Psychologue Lille - Psychanalyste et Coach professionnel


De nature méfiante face aux solutions toutes faites et aux théories plug and play, je trouve néanmoins l'approche de la psychologie positive intéressante par sa simplicité et sa praticité. En revanche, elle me parait limité si on y appose l'éthique. Dans certaines éthiques, dites de conviction par exemple, il peut paraître inacceptable d'avoir certains points négatifs qui perdurent, même dans des systèmes dits complexes. C'est pour cela qu'il me semble important et primordiale de garder l'esprit critique, l'une des compétences soft-skills jugé le plus important (par le WFE 2021).


Je reçois des particuliers et des professionnels en cabinet et sur RDV. Vous pouvez me contacter par téléphone ou prendre RDV sur la plateforme de réservation.